Les cultures des pays industrialisés dans un contexte de travail (News63)

Les cultures des pays industrialisés dans un contexte de travail. France (Extraits NEWS 63 / fév. 2012)

par Marc EBLE, D.R.H. Gestion globale RH Europe, relations sociales.

Homme de situations souvent conflictuelles et complexes parce qu’elles s’inscrivent toujours dans l’évolution, confronté à la gestion du changement, Marc promeut la nécessité de convaincre. L’épanouissement ne vient pas du travail à effectuer mais de sa réussite.

Importance du Rôle Social et Environnemental de l’entreprise.

La France est plutôt dans un système Social-Démocrate. L’état prend en charge un « capitalisme non libéral » via des mesures tendant à corriger les défauts d’un capitalisme trop libéral. Les activités économiques confiées à des sociétés nationalisées, sous contrôle de l’état, n’existent pratiquement plus. Cette évolution principalement due à la réglementation Européenne, n’est pas la conséquence d’une volonté française. Le poids de l’état dans l’économie a été remplacé par une législation omni présente.

Protection sociale … l’état, l’entreprise ou l’individu ?

La protection sociale (assurance maladie et retraite) est prise en charge par l’état mais aussi par des organisations paritaires (syndicats ouvriers et patronaux). Les entreprises privées complètent ces dispositions souvent jugées insuffisantes par des dispositifs cofinancés sur la base des salaires.

Relation vie professionnelle – vie privée ?

Pour les « cols bleus », vie privée et vie professionnelle sont souvent dissociées. Les Ouvriers acceptent en général difficilement de faire des heures supplémentaires au détriment de leur vie privée, même si cela augmente leur pouvoir d’achat. Au niveau « cols blancs », la vie professionnelle empiète sur la vie privée. Les cadres sont très sollicités. Cette tendance a été générée par les dispositions légales concernant la gestion du temps de travail (décompte du temps en jour) et l’arrivée des nouvelles techniques de communication.

Prise de décision : quel circuit d’approbation et quel niveau d’implication ?

L’appartenance et l’obligeance à un groupe sont très présentes dans la société française. Les décisions sont prises à haut niveau de la hiérarchie. Elles ont encore tendance à descendre sous forme de directives souvent trop détaillées. L’élaboration de stratégie à +/- long terme prend de l’importance afin de pouvoir déléguer la mise en place. L’arrivé des NTIC a souvent eu pour conséquence une centralisation des pouvoirs de décision, la demande d’avis à son supérieur hiérarchique étant facilitée (et permettant « d’ouvrir le parapluie »).

Comportement des IRP et syndicats : défensive ou cogestion ?

La majorité des syndicats ouvriers a un comportement de lutte de classes, le patronat n’est pas toujours teneur de ses engagements. Seuls certains syndicats catégoriels (cadres) peuvent avoir une attitude de considération des contraintes économiques et des modes de fonctionnement capitalistiques (sans aller jusqu’à la cogestion à l’allemande)

Les IRP peuvent être plus coopératives que le laisserait penser l’attitude de leur centrale.

Motivation : quels leviers ?

Il est difficile d’identifier un moteur de motivation générale. Toutefois la société française se caractérise par un historique aristocratique qui entraîne une forte importance de l’appartenance à un groupe. En conséquence, les salariés français sont très motivables par les réalisations de leur entreprise, la victoire et la supériorité sur les autres. Malgré cela, l’esprit critique et le sens de l’humour sont des comportements fréquents que les managers ne peuvent pas ignorer.

Rôle et respect de la hiérarchie : quels comportements ?

La hiérarchie et les grades sont présents en France. Le chef est donc respecté même s’il est considéré comme incompétent. La génération Y (née après 1975) tend à revenir sur ce respect. La position dans l’organigramme est de moins en moins suffisante.

Les règles : discutées ou transgressées ?

Par essence, la règle est faite pour ne pas être respectée ; « oui mais… » « dans notre situation nous sommes obligés de ne pas faire comme le dit la procédure ». De ce fait la France a généré une règlementation pléthorique tendant à statuer sur toutes les exceptions.

Culture générale : qualités reconnue et respectée ?

La France a un long passé culturel et historique. De ce fait, être cultivé, connaître l’Histoire sont des caractéristiques individuelles qui entraînent le respect. La culture à une place prépondérante même dans les jeunes générations.

 

Respect de la parole ou de l’engagement : un acte négligeable ?

L’anglais dit « Vous les Français, vous vous battez pour l’argent, nous les anglais c’est pour l’honneur », et le français répond « Oui, on se bat toujours pour ce qu’on n’a pas ».

Les Français ont un certain sens de l’engagement et de la nécessité de le respecter. Parjurer est considéré comme un mauvais comportement, même si le Français trouvera toujours une exception ou agira de mauvaise foi pour dire qu’il respecte ses engagements (mais … n’en serait-ce pas une preuve !?).

Appartenance à un groupe : résultat d’une marque de confiance ?

En France, l’appartenance à un groupe est indispensable pour installer une relation de confiance. Le Français y attache plus d’importance qu’à la compétence. (Quelle école avait vous faite … quel était votre secteur d’activité … êtes-vous membre de … ?).

Les minorités : respectées ou mal considérées ?

Les français disent respecter les minorités et les principes constitutionnels « Liberté, Egalité, Fraternité ». En fait, ce n’est pas si évident. Pour les inégalités ethniques, l’appartenance à une minorité et le lieu d’habitation sont encore des critères de frein à l’embauche. La France a du légiférer pour obtenir un plus grand respect des minorités et, bien qu’en avance sur les pays latins, est en retard sur les pays d’Europe du nord.

Place des femmes : quelles évolutions ?

Le droit de votes des femmes n’existe que depuis 1945. Il a fallu attendre 1960 pour qu’elles puissent signer un contrat de travail sans l’autorisation de leur mari. En 2011 le gouvernement a légiféré sur l’égalité H/F (présence dans les conseils d’administration et rapport de situation comparée). Les accords d’entreprise se multiplient

Être une femme reste un frein à l’embauche du fait des risques d’indisponibilités liées à sa place dans la gestion de la famille. La France a toutefois développé plusieurs outils leur permettant un partage équilibré entre vie de famille et vie privée. Les systèmes de gardes d’enfants y sont très développés. Le congé de naissance est ouvert aux pères.

Pouvoir : régional ou centralisé ?

La France est un pays centralisé sans réel pouvoir local. Les lois sur la décentralisation mettent en place un pouvoir local mais celui-ci s’exerce toujours sous le contrôle du pouvoir central et uniquement dans le cadre de dispositions non réglementaires (aménagement des routes, gestion des bâtiments scolaires, équipement sportifs, gestion de l’aide sociale …).

Fermer le menu