Cybersécurité : l’avenir passe par les femmes

Dans la cybersécurité (et l’IT dans son ensemble), l’absence d’un nombre équilibrant de femmes est une évidence. Et le constat se fait dès les études secondaires. Dès leur enfance, les filles sont invitées à se détourner de l’informatique.

En 2017, elles n’occupaient en France qu’un tiers des emplois de ce secteur et on ne comptait que 9% de dirigeantes de start-ups.

Rendre la filière IT attrayante aux filles est évidemment important, mais ne suffira pas. Les entreprises doivent afficher clairement et fortement leur volonté de les recruter. La féminisation, base de la parité, de l’équilibre et de la stabilité des équipes, ne se fera qu’à cette condition.

Dans un article du Monde du 11 décembre 2007, Isabelle Collet déclarait : « Il existe encore aujourd’hui un prototype de l’informaticien dont les caractéristiques principales seraient d’être un homme, peu sociable, logique, passionné par la technique, plus à l’aise avec les machines qu’avec les humains.»

Enfin, pour sortir des stéréotypes et s’éloigner des codes masculins de la tech souvent rebutants pour les femmes, l’employeur doit adapter sa communication, utiliser un vocabulaire nouveau et proposer une image des postes à pourvoir qui ne soit pas systématiquement virilisée. Eviter les termes comme Ninja Warrior ou jeune padawan… qui parlent plus aux garçons et que l’on retrouve encore trop souvent dans les annonces de recrutement. Une évidence ? Sincèrement, il y a encore du travail !

Extraits de l’article paru sur silicon.fr

permalien :https://wp.me/p9haeE-qg

Fermer le menu